La meilleure FIV de ma vie

 

california dreaming (2)

Ma vie est un film d’Hollywood ! Ça tombe bien, c’est là que je suis allée faire des gosses (enfin, que j’ai essayé…) !

J’ai commencé fin avril une FIV avec un docteur américain pour nous permettre de faire un PGS afin de vérifier la viabilité de nos embryons et pouvoir faire appel à une mère porteuse si les embryons étaient normaux.

Après une écho de contrôle concluante, the doctor décide qu’il est temps pour nous de prévoir une écho endochattale américaine pour un meilleur suivi, au plus près de nos follicules.
Nous sommes mardi (1er mai, c’est important pour la suite). Il nous donne rdv pour le vendredi, nous décidons donc de partir jeudi afin d’arriver, après plus de 15h de voyage à l’heure ! (tu suis ?)
Tout va bien, nous avons le temps de préparer notre départ, de commander les piqures manquantes le mercredi (puisque nous sommes le 1er mai). On prend donc des billets (hors de prix, dernière minute oblige !) pour Los Angeles.
C’était sans compter la grève des pilotes d’Air France !!!! (Je vous préviens, ce post est plein de rebondissement, je vous avais dit que c’était un film hollywoodien !!)
Nous recevons donc un mail d’air France qui nous prévient de ne pas trop compter sur notre vol du jeudi, ni sur ceux du vendredi, ni du samedi…
Zazounet appelle Air France et l’opératrice nous dit qu’il reste 2 places pour demain, 8h. Demain. 8h.
On les prend.
On annule tous nos rdv, on fait les valises en fourrant n’importe quoi dedans, on annule l’esthéticienne, les ongles et même la pharmacie pour prendre les piqures restantes (on est le 1er mai bordel !)
On part à poil (et c’est le cas de le dire puisque je vous rappelle que j’ai annulé l’esthéticienne !!)
Le lendemain, à 8h, nous voilà partis. A l’aventure. Faire une FIV suivie d’un PGS dans un pays lointain,  en y mettant toutes nos économies et tous nos espoirs…

Et nous avons fait un voyage extraordinaire.

D’habitude, Lors de nos multiples traitements de FIV et autres réjouissances, comme vous, je me levais à 5h du mat’, courrais à l’écho, courrais à la prise de sang, courrais au boulot, m’épuisais jusqu’au soir, attendais les résultats, me piquais un peu partout et recommençais le lendemain. Puis la ponction arrivait, on prenait la journée et on repartait au front et au boulot en attendant plein d’espoir l’appel du labo.
Cette fois ci nous sommes partis, un peu en catastrophe il est vrai, à l’autre bout de la terre donc nous n’avions ni contrainte, ni urgence, ni quotidien, ni routine… Nous étions libres.
Comme en France, il faut faire une écho tous les deux jours environ. Comme en France, tu te piques et ta peau ressemble à une passoire en fin de traitement. Comme en France, ton ventre quintuple de volume. MAIS le reste du temps, tu es en vacances, tu visites, tu découvres une nouvelle façon de vivre, tu manges bien (si si, on Californie, tout le monde mange bio, vegan et local !!) et tu kiffes la life !!!!

J’ai donc vécu la meilleur FIV de ma vie et de tous les temps.

Quelques infos pour celles que ça intéresse :

  • Ça coute cher. Très cher. Si vous pouvez (et qu’Air France ne fait pas grève à la dernière minute), partez avec vos piqures et votre matériel. Chaque jour de traitement coute 500$ environ…. Chaque. Jour. De. Traitement. En fait c’est le même prix qu’en France mais nous avons l’immense chance d’avoir un système de couverture sociale exceptionnel.
  • Les docteurs sont très accessibles. Ils donnent leur numéro de portable et répondent à vos textos !!! J’ai dû envoyer un message à 23h pour poser une question essentielle et le mec m’a répondu à la seconde ! Le lendemain, je me suis platement excusée de l’avoir déranger, ce à quoi il a répondu qu’un docteur devait être joignable 24h/24 et que c’était lui qui s’excusait de ne pas m’avoir donné d’information plus claires ! je l’ai regardé avec des yeux ronds, on n’a vraiment pas l’habitude !!!
  • L’anesthésie générale s’est très bien passé. L’anesthésiste (à ma demande) m’a fait une anesthésie très légère, je me suis réveillée comme une fleur qui éclot dans la rosée du matin, une vraie princesse.
  • Les infirmières m’ont appelé « my sweet baby doll » tout au long du traitement et m’ont vraiment chouchoutée.
  • Ils ne font pas la prise de sang avec l’écho tous les deux jours comme en France. Ils se tamponnent le coquillard de nos taux !! (sauf si vous présentez un risque d’hyperstim, j’imagine…)
  • Ils ne font que les examens indispensables et tout est transparent. Vous recevez vos résultats et ils vous sont expliqués par la coordinatrice du cabinet.
  • Pleins d’espoirs que nous étions nous avions aussi pris rdv avec l’agence de mère porteuse. Nous avons rencontré une mère porteuse, enceinte, qui nous a expliqué sa démarche et la joie qu’elle ressentait à aider une famille à se construire. La générosité dont ces femmes font preuves nous a épatés.

En résumé, nous nous attendions à quelque chose de beaucoup plus mercantile. En réalité, s’il est vrai que les traitements et les agences sont très onéreux, les patients et parents d’intention se sentent vraiment entourés et écoutés. Il y a un véritable échange et c’est extrêmement agréable pour les numéros de dossiers que nous étions devenus.

Pour raconter la suite hollywoodienne, 4 ovocytes ont été prélevés. 2 étaient anormaux, 1 était immature et 1 ovocyte a été fécondé.
Le lendemain, nous recevons un mail de la coordinatrice, la fécondation n’a pas eu lieu. Nous n’avons plus rien, nous sommes dépités.
Le lendemain, nous recevons un mail de la coordinatrice, la fécondation a finalement eu lieu dans la nuit et l’ovocyte immature a maturé et sera fécondé dans la journée. Nous avons donc un embryon.
Le lendemain, nous recevons un mail de la coordinatrice, nous avons deux embryons en parfaite santé. Tu imagines notre joie.
Le lendemain, nous recevons un mail de la coordinatrice, les embryons se développent un peu lentement.
Le lendemain, nous recevons un mail de la coordinatrice, les embryons ont arrêté leur développement. C’est fini. Juste avant de pouvoir faire le PGS. Je vous laisse imaginer notre tristesse et ce sentiment d’avoir dépensé toute cette énergie et d’avoir fait tout ça pour rien. Ou presque. Parce qu’on a nos réponses, nos embryons ne se développent pas.

Hollywood peut aller se rhabiller à côté de la vie de nos cellules !!!

On n’a pas eu le « happy end » qu’on espérait de tout cœur mais on a vécu une expérience hors du commun !
Malheureusement, notre rêve américain s’est envolé.
On se concentre maintenant sur le rêve espagnol et on voit enfin la vérité en face : il nous faut un don.

La suite de nos aventures au prochain épisode….

Publicités