Fini pour Zazounette 

Comme promis, je donne des nouvelles. 

Le taux est n’est passé qu’à 728, beaucoup trop bas donc. 

J’arrête les hormones ce soir et c’est parti pour la FC.

Je reviens donc sur le quai le cœur lourd. Je me suis faite attrapée par le contrôleur qui me met dehors à coup de pieds aux fesses mais je file au comptoir de la gare pour avoir bientôt ma place dans le train je l’espère. 

C’est dur de garder la tête haute au boulot mais je suis obligée… alors je mets mon masque et je souris. 

Je vous remercie infiniment pour vos encouragements et vos croisages. DNLP se joue de nous cette fois ci mais on prendra notre revanche ! 

Je pense fort à Migoune pour sa ponction et à Miss Kangourou qui devait faire sa Pds aussi. Je croise pour vous les filles. 

Bisous. 

Zazounette. 

Publicités

Trois jours de tranquillité 

Comme promis, je reviens vous donner quelques nouvelles.

Avant toute chose, j’aimerais chaleureusement vous remercier. Pour vos encouragements, pour vos croisages intensifs, pour votre gentillesse, votre présence et votre compréhension. Malheureusement, personne ne peut comprendre ce que l’on vit, ce que l’on souffre, ce que l’on espère, ce que l’on est triste ou anxieuse. Ni la famille, ni les amis, ni même les maris. Nos corps n’appartiennent qu’à nous, les ressentis et les symptômes sont nos quotidiens de l’espoir et du désespoir. Alors MERCI.

Allez, trêve de niaiseries, ça doit être les hormones !! Qui montent ? Qui baissent ?
Seule la dernière PDS demain nous donnera un aperçu du verdict final.

Je récapitule tout : (pas depuis ma naissance, seulement depuis la première PDS !)
Première PDS 3 jours avant la date indiquée sur l’ordonnance mais à 15 DPO faite parce que j’avais commencé à saigner et que je voulais arrêter les hormones (je suis pas super bio mais bon, s’enfiler des hormones par la chatte tous les jours, si c’est pas obligatoire, je m’en passe…) Taux : 11,5 UI. Curieux.
Deuxième PDS 2 jours plus tard, taux : 24UI bizarre… je saigne de plus en plus. Je supplie mon gynéco d’arrêter les hormones, il est intransigeant. J’attends.
Troisième PDS 3 jours plus tard : taux : 101 UI mais toujours saignements et douleurs intenses (je suis partie du cabinet à 16h lundi, blême et chancelante. Or pour que je ne travaille pas, il faut que je sois à l’article de la mort…) ça m’inquiète.
Deux jours plus tard, la veille de ma quatrième PDS, douleurs terribles, je file aux urgences. Pas d’épanchement dans le péritoine (bonne nouvelle !!), utérus vide (normal à ces taux) mais je déguste vraiment. Le médecin de garde est désolé pour moi mais il faut attendre. Spasfon, doliprane, bouillote et patience. Elle a sûrement raison, je m’en vais.
Je retrouve le soir dans mon petit protège-slip (je voulais écrire « petite culotte » mais ça aurait été faux) un amas blanc ressemblant à de la peau (j’espère que tu prends ton goûter). Depuis, plus aucune douleur et quasiment plus de saignements. Je revis.
Quatrième PDS ce jeudi. Taux : 319 UI. J’hallucine complètement. Mon gynéco très optimiste l’est beaucoup moins après le récit des jours précédents.
Il me re-prescrit une PDS lundi (demain donc). Je finis ma semaine soulagée de ne plus souffrir autant et de ne plus me vider de mon sang et j’attends plus ou moins sagement ma PDS.
Soit le taux est au-delà de 1200 UI et on est sur la bonne voie, soit il est en dessous et c’est vraiment foutu.

Mon article aurait pu s’arrêter là…

Bien sûr, comme je ne sais pas faire les choses simplement, aujourd’hui, depuis environ Midi, j’ai recommencé à saigner bien rouge et les douleurs sont revenues de plus belle ! Je me tords littéralement de douleur sur mon canapé. J’hésite à aller aux urgences mais je sais qu’ils ne pourront rien faire de plus que la dernière fois et que ça va me fatiguer plus qu’autre chose.
J’attends donc ma PDS demain en croisant. Je ne croise pas seulement pour porter la vie mais aussi pour arrêter de souffrir ET physiquement et ET psychiquement.
Je suis à bout. Vraiment. Je n’en peux plus. Je suis fatiguée, déprimée, angoissée. Ça devient dur.
Moi qui pensais naïvement qu’après ma semaine de douleurs et saignements terribles je serais enfin tranquille (même si c’était une FC, au moins, c’était fini). Moi qui pensais n’attendre qu’une dernière PDS pour être fixée. Je me rends compte que je n’ai eu que 3 jours de tranquillité, que cette aventure n’est pas finie et que je n’ai pas du tout l’air d’être sur la bonne voie.

La suite de mes aventures rocambolesques demain !

Je suis exceptionnelle

Y’a des jours comme ça on voudrait bien être banale. Normale, sans histoire, pas de complication, pas de rebondissements. Mais non, ce n’est pas pour moi.

Concernant la PMA, mon corps ne fait rien comme tout le monde. C’est pas la première fois qu’il me joue des tours !
« On n’a jamais vu ça madame ! », « C’est très rare mais ça arrive ! », « Vous êtes l’exception », « Non mais c’est pas possible, on a du se tromper! » sont des phrases que j’entends TRES régulièrement.

Et bien c’est pareil pour cette troisième FIV.

J’ai eu tout le weekend de très fortes douleurs, des saignements abondants et des caillots. –j’espère que tu dînes-
Logiquement, mon taux aurait donc dû dégringoler. Mais non ! Il a quadruplé ! Tu le crois ça ??
Je suis passée de 24 à 101 en 3 jours. Mon gynéco est moins optimiste depuis que je lui ai décrit par le menu le fond de ma culotte. (C’est lui qui a demandé les détails hein ?!) Mais il garde espoir comme d’habitude… J’ai demandé par téléphone un deuxième avis à mon ancienne gynéco de Paris et elle me dit exactement la même chose : « continuez le traitement, on sait jamais… »

Je crois bien que c’est la première fois (voire la dernière) qu’une PMette prie pour que son taux se casse la figure !
J’ai trop peur de la complication, trop peur de la GEU, trop peur de la grossesse bien moisie qui vacille jusqu’au drame, trop peur d’une suite teintée d’angoisse et de questionnements.
Re-prise de sang jeudi. En espérant que mes saignements se soient arrêtés avec un beau taux OU BIEN que mes saignements continuent avec un taux qui chute. MAIS PAS LES DEUX ! MERDE !

C’est possible de faire les choses simplement ?

Mon gyneco travaille sur Doctissimouille’

Pour rappel, j’ai un taux de Beta HCG qui double mais qui est très très faible.

Hier soir, pendant le repas familial chez les beaux-parents, très très fortes douleurs de règles. Pas juste l’utérus qui travaille, un poignard qu’on tourne et qu’on retourne dans mon utérus. C’est un vrai bonheur d’être coincée sur sa chaise entre beau papa et belle maman, d’être tordue de douleur en deux de de ne pas pouvoir gueuler : « VOS GUEULES ! JE SUIS EN TRAIN DE FAIRE MA FUCKING FC QUE J’ATTENDS DEPUIS UNE SEMAINE ET J’AI TROP MAL AU BIDE POUR PARLER DE LA PLUIE ET DU BEAU TEMPS ! » A la place, j’acquiesce à peu près à tout avec un sourire qui ressemble plus à celui de Céline Dion jeune (j’adore Céline Dion hein ?!)

Bref, ce matin, grosse perte bien marron dégueu (pas rouge mais bon…) –J’espère que tu prends ton petit dèj-

J’appelle donc mon gynéco et lui explique la situation. Je vous relate donc la conversation la plus WTF de l’année, voire de la décennie.
 » – Bonjour, c’est Zazounette, je vous appelle parce… – voir plus haut, je vais pas tout répéter hein ?!-
– On attend la pds lundi, votre taux sera à 200 ou 300 et on sera sorti d’affaire. En attendant, spasf*n et repos.
– Mais là je saigne et j’ai mal
– Oui mais c’est pas des règles
– Mais mon taux est à 24
– Oui mais j’ai tout vu dans ma carrière alors on continue le traitement…
– Ok, merci, à lundi. »

J’avais vraiment l’impression de discuter IRL avec une meuf de forum :

« salut les filles ! Alors moi, à mes trois grossesses *connasses* j’ai eu des saignements comme des règles et des douleurs et pourtant j’ai fait un test +++++ et maintenant je suis l’heureuse maman de trois beaux enfants en bonne santé qui ont tous fait polytechnique. Même mon gygy n’y croyais pas ! alors faut pas perdre espoir ! Bisous à toutes et je vous souhaite de connaitre cette joie. Moi, être maman, c’est ma vie. je vous aime mes amours de bébés !
Maman de Hugo, né le 12 septembre 2010 à 3 kg pile, ma merveille
Maman de maelys née le 18 novembre 2011 à 3,4 kg et 54 cm ma beauté
Maman de martin né le 24 octobre 2013 à 2,9 kg et 56 cm mon trésor
Enceinte de 2A sa + 3 bébé surprise, on s’y attendait pas du tout »

Toi quand tu lis ça, avec tes putains de spotting et tes douleurs tu te dis, non mais c’est pas encore foutu (mais en fait si bien sûr, t’as tes règles le lendemain et t’es dégoutée)

Ben là c’était pareil. Il a réussi pendant 3 secondes à me remotiver sur l’issue de cette aventure. Bon ça n’a pas duré longtemps…

Il n’y a plus beaucoup de suspense mais grâce à mon gynecossimo, je continue mes ovules jusqu’à lundi….

Suspense

Cette troisième FIV est digne d’un film d’Hitchcock !

Ponction de 4 pauvres ovocytes le lundi 22 février. Déjà, je pars moyen.
Bonne nouvelle, 4 embryons à J2 mais « attendez madame, on les pousse au stade blastocyste ». Suspense.

Transfert d’un blasto samedi 26 février. On me dit « un petit-moche est encore en train d’évoluer mais on sait pas trop, rappelez lundi ». Bon ok, j’ai déjà un blasto dans le bide, c’est pas mal. Suspense.

Lundi dernier, je rappelle donc le labo, quasimodo-highlander a été congelé ! Ouf, bonne nouvelle on est contents…

La prise de sang est prévue samedi 12 mars soit 14 jours après le transfert. Soit 19 jours après la ponction. Ok, ça va être dur d’attendre mais ça va aller. C’est que quelques jours de plus que d’habitude. Suspense.

Ce mardi, soit 14 jours après la ponction et 10 jours après le transfert (tu suis ?), je constate au fond de mon délicieux protège-slip plein d’Utrodégueu quelques traces de sang. Je me dis que c’est mort et je ne fais plus du tout attention à mon état de pseudo-couvade. Je me remets en mode guerrière au boulot, je porte des trucs lourds, je roule sur des nids de poule, je cours dans la rue parce que je suis en retard… bref, je suis dégoutée.
Pour pouvoir arrêter de m’enfiler mes adorables ovules matin et soir, je décide de faire la prise de sang le mercredi, soit 15 jours après la ponction, soit 11 jours après le transfert, soit 3 jours avant la vraie date écrite sur l’ordonnance (tu suis toujours ?)
J’attends quand même fébrile le résultat négatif pour me mettre un dernier coup dans la gueule. Surtout que j’ai un tété (le gauche pour celles que ça intéresse) qui est devenu plus moelleux… il me fait encore mal mais il n’est pas dur comme avant… mauvais signe.

Or ce résultat, est positif (t’emballe pas quand même, lis la suite) mais très faible : 11,5 UI
Appel de mon gynéco qui me dit que c’est parce que j’ai pas fait la prise de sang à la bonne date… (Mouais, je suis à 15 DPO, je suis pas née de la dernière FIV !)

Donc re-prise de sang ce matin pour vérifier que mon taux est bien redescendu à 0. Suspense.
Et bien non ! Il a doublé ! Mais reste extrêmement faible : 24 UI. Mon gynéco est optimiste, il me dit qu’il a vu de tout et que le taux en soit ne veux rien dire mais seule son évolution peut nous donner des informations.
Mouais… Ça sent pas très bon tout ça. Évidemment, je me rue sur nos meilleurs amis, j’ai cité : les forums. (Que celui qui n’a jamais lu de forum me jette la première pierre). Les nénettes n’ont pas de très bonnes nouvelles en général avec des taux faibles qui augmentent. GEU et FC sont les deux risques majeurs. D’autant que je suis avec attention les aventures de Simone et de sa trompe. Vu l’état dans lequel elles sont, ça me dit pas du tout mais du tout du tout… Je suis sûre qu’elle me déconseillerait l’expérience.

Donc d’un côté j’espère que mon taux va bien se casser la gueule une bonne fois pour toutes qu’on en finisse. De l’autre, évidemment, j’espère secrètement (mais je le dis pas trop parce que j’ai peur de passer pour une débile).

Re-prise de sang lundi et… suspense.