Loose-test

Après plus d’une semaine d’attente fébrile, j’ai enfin reçu hier les résultats de mon troisième wintest. Evidemment, le seul jour de la semaine où je n’avais absolument pas accès à mon portable ! Du coup, j’ai passé une journée terrible et j’étais d’une humeur d’un raton laveur qu’on n’a pas nourri ! Bref… j’ai enfin reçu les résultats de mon troisième wintest et ils sont catastrophiques…

Je n’exprime pas les gènes de la nidation, ni à P+5, ni à P+7, ni à P+9… jamais quoi…

D’après les explications que j’ai cru comprendre, en fait, je ne suis pas réceptive aux hormones de synthèse dont ils nous inondent la chatte le corps régulièrement. Il faut donc « essayer » sur cycle naturel.

J’avoue que je suis à moitié désespérée et quand je relis mon billet sur la nouvelle année, je me trouve un peu niaise avec tout cet espoir débordant. Je crois que DNLP m’a repérée et qu’elle essaye de me faire comprendre que malgré toute ma bonne volonté et mon envie de me battre, c’est quand même elle qui décide et ça la fait bien marrer….

J’avais, bien sûr, prévu des résultats positifs et j’avais donc joyeusement pris mes billets pour Paris afin de faire mon rdv pré-transfert à Clamart… Ben oui, je me suis dit que vu que ce serait positif, il fallait que je me dépêche de voir mon gynéco pour caler le transfert sur le cycle prochain pour ne pas rater la fenêtre magique (celle qui est plus propice à la nidation après une chirurgie…) C’est vous dire à quel point j’étais enthousiaste (et bien organisée)…

Du coup, je me retrouve comme une conne dans le train, un jeudi, avec un rdv gynéco cet après-midi… Je ne sais même pas quoi lui dire à mon gynéco brésilien (il est brésilien…) J’espère que LUI saura quoi me dire.

Consultation hautement probable :

« AAAAAh ça ? non c’est rien ne vous inquiétez pas, il suffit de prendre un peu de sirop d’orgeat tous les matins pendant 7 jours et votre muqueuse sera impeccable. Non, on ne donne cette information qu’aux filles VRAIMENT désespérées, c’est pour ça que vous ne saviez pas… Ce n’est qu’à partir du troisième aller-retour à Montpellier en milieu de semaine et des résultats VRAIMENT pourris qu’on donne ce traitement. Oui vous avez bien fait de venir à Paris un jeudi, ça augmente vos chances de procréer. Si si, ça cumule vos points avec le wintest le mardi la semaine dernière et le mercredi le mois d’avant. C’est comme une carte de fidélité si vous voulez, on compte : les litres de larmes, les litres de sang (comptent double), les soupirs, les examens les jours de semaines dans des villes différentes et les examens très tôt le matin avec retard au boulot. A cela s’ajoute les réflexions sur le « c’est dans la tête » et la cousine de la voisine de la coiffeuse. On divise par le nombre de PB croisées et on obtient votre « RPD » (Ratio Personnel de Désespérance NDLR) Le vôtre est très élevé donc vous êtes passée en commission. Voilà. Je vous fais une ordonnance pour le sirop ou c’est pas la peine ?

Publicités

Je bous 

C’est bien beau de faire la maligne avec les pensées positives mais quand il s’agit de résultats, on est toutes pareilles !

J’étais sensée avoir les résultats de mon Wintest aujourd’hui…

Bien évidemment, j’ai passé une journée horrible au boulot. J’étais tellement tendue que j’ai failli étrangler le prothésiste alors que j’aurais très bien géré en temps normal. Quand j’ai enfin eu fini ma journée avec les nerfs au bord de la crise, j’ai appelé le labo de Montpellier.

Mon interlocutrice me dit avec une extrême gentillesse qu’ils sont débordés de Wintest pour transfert sur cycle alors ils ont congelé mon prélèvement. Elle m’a dit ça avec tellement de douceur que je ne pouvais même pas lui rentrer dedans ! J’aurais tellement aimé lui dire que « non non non ! J’attends pas dans cet état jusqu’à vendredi !! Je vais jeter quelqu’un par la fenêtre !! » Ça a plutôt donné « bon ben d’accord, j’attends votre appel alors… L’essentiel c’est le résultat hein ?! Hihi »

Je vais essayer de me détendre d’ici vendredi mais je vous promets rien.

Je sais que lors des résultats des pds de grossesses, on attend bien plus et le résultat est bien plus déterminant mais là, je BOUS ! Ce test doit quand même nous donner de sacrées indications sur l’état de mon utérus (qui n’est pas au top, je vous le rappelle)

C’est comme si on te promettait des vacances et que le jour même, on te dit : « non, finalement, ça sera la semaine prochaine »… Tu pourrais très bien travailler normalement mais la promesse de ces vacances t’a fait appréhender le boulot différemment … Là c’est pareil. J’attendais ce put*ain de résultat AUJOURD’HUI !

Bon en attendant les vacances, je vais faire du sport… Il faut que je me défoule.

Nouvelle année

Chaque année, à peu près à la même période, on se retrouve tous en famille. L’occasion de se souhaiter plein de bonnes choses pour cette nouvelle année qui démarre. Depuis quelques années, je redoute un peu ces réunions et fêtes de famille parce que j’en ai marre d’entendre que « CETTE année, un beau bébé m’attend, en bonne santé et tout et tout… » Durant cette période, je suis mélancolique et je me renferme énormément sur moi-même et mon mal être. Je me renvoie au temps qui passe et aux premiers souhaits de bébés de ma famille et mes amis qui datent maintenant de 5 ans… Ça vient toujours d’un bon sentiment et ce n’est jamais méchant et presque jamais condescendant. Mais c’est toujours dur à entendre. J’aimerais m’entendre souhaiter des trucs banaux genre « le bonheur », la « santé », des trucs qu’on dit sans y penser à ceux qui ont tout.

Cette année, je me suis obligée à rester positive avec moi-même puisque j’avais mon défi des 21 jours de positivité. Vous n’allez jamais me croire ! Ça a marché !!

Certes, j’avais quand même un sourire de façade et un peu d’aigreur dans mon cœur mais bien moins que les autres années.

Pourtant, je ne suis pas en essai, j’ai fait un an et demi de pause FIV en espérant que ma muqueuse utérine cicatrise (mais ça n’a pas été le cas), je suis pleine d’hormones à cause de mon wintest que je redoute… bref, j’aurais pu être au fond du gouffre. Mais non !

J’attaque cette nouvelle année avec force et conviction, je vais me donner à fond et mettre toutes les chances de notre côté pour que l’année prochaine à la même période, j’ai mon bébé dans les bras… ou un gros ventre de femme enceinte… ou un petit ventre de femme enceinte… ou rien du tout mais encore de l’espoir !

Cette année, je me suis sortie de ma léthargie et de mon vague à l’âme pour affronter ces épreuves avec courage et détermination.

Oui ce n’est pas facile ce que l’on vit. Oui ça fait peur et c’est triste. Oui c’est injuste.

Mais on est des guerrières et on va y arriver !!

Il est vrai que lire les ponctions des unes, les transferts des autres et vos espoirs m’a encouragé. Ça m’a redonné envie de rentrer dans l’arène pour me battre à vos côtés et mettre ensemble une grosse raclée à DNLP. Je sens son affaiblissement, elle baisse la garde. Bien sûr qu’il y aura des blessées, des pertes, du sang, des larmes et du désespoir mais une par une, avec ténacité, on va enfin passer ce mur et entrer dans le monde merveilleux des PB. On ne perdra pas la guerre.

Je pars demain à Montpellier pour mon wintest de l’effroi. Je suis extrêmement angoissée non seulement par la douleur (je suis une guerrière mais bon… les blessures de guerre c’est pas mon truc) mais aussi par le résultat. Une petite victoire sur DNLP pour fêter cette nouvelle année et donner du moral aux troupes ne serait pas de refus.

Je compte également sur vos résultats positifs et vos ponctions abondantes 😉 Je prie aussi pour vous !

Croissons et multiplions !!

Le chaton

J’ai envie d’adopter un chaton. C’est grave docteur ?

J’ai même envie d’adopter un bébé chaton : c’est un chaton encore plus petit, avec des yeux de chaton, qui fait des vidéos mignonnes sur internet et qui boit du lait au biberon.

Pour info, on s’est lancé ! Notre proposition pour la maison de nos rêves a été acceptée, on s’est endettés sur les 25 prochaines années et on est super content ! Du coup j’ai (bientôt) un jardin et je me dis qu’un petit chaton tout chaud au creux de mes bras, ça ne peut être que mignon non ?

Après quand, il devient adulte, je le noie parce qu’en vrai, j’ai pas envie d’avoir un chat (cette phrase a été honteusement censurée par la Ligue de Défense des Animaux et la Peta, on ne peut plus s’exprimer c’est un scandale !)

Bon, ma mère dit que je suis folle et que je vais tourner « vieille à chats » qu’on retrouve chez elle à l’odeur, bouffée par ses 18 chats. En plus, je crois qu’elle a un peu raison par ce que je veux tellement un gosse que mon chaton va finir avec des couches et un siège auto….

Sinon, niveau psy tout va bien, je continue ma méthode de la positive attitude (Merci Lorie, vous avez tous la chanson dans la tête pour la journée gniark gniark *rire diabolique*). Bon ça me donne envie d’adopter des chatons mais c’est mieux qu’être à moitié déprimée…

Coté hormones ça roule aussi, je continue mon traitement pour le Win test et je vais même me faire le luxe de prendre un rdv pré-TEC au cas où il est positif. Je suis une gue-din !!!

Demain contrôle écho de ma muqueuse de maman-chat de compèt’ et date pour Monfuckingpellier. Il ne reste plus qu’à inventer l’excuse en béton pour annuler ma journée boulot à la date prévue, le tout avec le sourire et des yeux innocents à faire pâlir d’envie un bébé chaton !

Ai-je peur du bonheur ?

Il y a quelques temps j’ai déménagé. J’ai carrément changé de ville et de vie.

Ça a été tout un débat de quitter Clamart en pleine PMA, de laisser nos embryons congelés quitte à revenir pour le TEC, de partir du « meilleur hôpital d’Europe » *qui ne m’a toujours pas fait de gosses*.

Mais bon, on s’est dit que ça nous ferait du bien d’avancer, de changer d’air…

Je suis partie de Paris pour m’installer en province, sous le soleil. Qui dit province dit meilleure qualité de vie ! Qui dit province dit meilleur pouvoir d’achat pour acheter enfin une maison avec jardin/piscine/barbecue !

On a donc cherché la maison de nos rêves. On s’est installés dans le premier appart en location qu’on a trouvé en se disant qu’on n’y resterait que quelques mois, on n’a même pas déballé tous les cartons… Sauf qu’on y habite toujours et qu’aucune maison ne trouve grâce à nos yeux.

On a failli signer un compromis de vente en arrivant mais une sombre histoire de mensonges de l’agent immobilier nous a fait faire marche arrière et depuis on rame !

Ces derniers jours, on vient de trouver une maison objectivement parfaite (soit… légèrement trop chère pour nous mais ce n’est qu’un petit détail n’est-ce pas ?) Mais on n’est pas sûrs, on tergiverse, on recalcule, on demande les plans, on re-visite…

Je me demande si on n’a pas un peu PEUR de trouver cette maison… une grande maison familiale avec plein de chambres vides.

Une maison, c’est pas vital, on n’est pas à la rue, c’est presque un caprice. C’est pas grave. C’est pas viscéral. C’est un souhait qui peut être facilement comblé et qui ne dépend que de nous. C’est-à-dire qu’on s’occupe l’esprit avec un faux problème pour ne pas réfléchir au vrai problème de notre vie. On s’agite, on cherche, on visite, on négocie… et surtout, on ne s’installe pas. Quand je serais installée dans ma grande maison, que les travaux seront faits et que la déco sera pimpante. Il ne me restera plus rien à améliorer dans ma vie si ce n’est avoir un enfant. Et ça, je ne peux rien y faire…

Cette recherche est le dernier rempart avant que mon utérus n’envahisse totalement ma tête…

D’un autre côté, je ne vais pas me punir de ne pas avoir d’enfants et habiter dans un appart plein de cartons parce que Madââââme DNLP ne daigne pas accéder à ma demande…

Bref, je sais pas trop…

Ps : je viens de m’enfoncer joyeusement un comprimé de provames dans la teuch pour mon troisième wintest ! Et avec le sourire svp ! Je vous rappelle que je m’aime et que ma vie est géniale !!